Le Grand passage

Le Grand passage / Kenneth Roberts [L]

Langdon Towne vit avec sa famille en Nouvelle-Angleterre.  Il passe son temps entre la chasse avec ses amis, le dessin et Elizabeth, une jeune fille dont il est amoureux.  Il adore faire des croquis, des peintures et découvre cet art par lui-même.  Langdon forme très tôt le projet de se consacrer à la représentation des Indiens d’Amérique, sujet qui n’a encore été traité par aucun artiste blanc.  Langdon, congrégationniste comme la plupart de ses connaissances, s’attire les foudres du procureur du roi et pour ne pas être emprisonné, il s’engage dans l’armée, avec son ami Hunk, pour quelque temps.  Ils espèrent qu’après cela et avec un peu de chance, le procureur ne pourra plus rien tenter contre eux.  Ils sont enrôlés dans la troupe des Eclaireurs du major Roberts.  Ces soldats intrépides sont régulièrement envoyés en mission.  Lors de ces expéditions, jugées parfois irréalisables, les Eclaireurs s’en tirent invariablement grâce aux connaissances et à la poigne de fer de leur chef…

En plus de huit compagnies d’Eclaireurs, Rogers emploie des Indiens Stockbridges et Mohawk.  Le major décide de garder Langdon près de lui comme aide de camp.  Langdon ne perd pas une occasion de faire des croquis des scènes qu’il découvre.  Leur nouvelle mission est une expédition punitive contre des Indiens alliés aux Français (contre lesquels les Anglais sont en guerre).  Saint-Francis est la ville visée et se situe en plein territoire ennemi rempli de marécages.  Ils doivent traverser des torrents à gué, vaincre la nature sauvage, patauger pendant des jours dans d’immondes marécages en suivant un chemin non tracé et mal connu, avec la menace d’être découverts par un détachement de soldats français.  La fatigue et la faim tenaillent les cent soixante hommes mais ils continuent d’avancer coûte que coûte songeant à la vengeance qu’ils pourront exercer sur les Indiens ennemis qui ne se privent pas de torturer leurs prisonniers.  Ils arrivent à Saint-Francis et une journée leur suffit pour mettre la ville à sac et exterminer ses habitants, exception faite de quelques anciens prisonniers anglais.  Sur le chemin de retour, ils sont repérés par les Français et obligés de fuir, de nouveau livrés aux affres de la faim, car le gibier est rare en cette région.  Ils se séparent en plusieurs groupes pensant mettre plus d’atouts de leur côté, mais plusieurs détachements se font alors massacrer.  Les survivants exténués rejoignent le major et grâce à l’indomptable énergie de celui-ci, parviennent à un fort désaffecté.  Devant l’incapacité de ses hommes à se rendre plus en avant sans nourriture, Rogers décide de partir  avec Langdon afin de trouver des provisions et de l’aide au fort le plus proche.  L’aventure est terminée et Langdon, deux mois après son enrôlement chez les Eclaireurs, retourne chez lui où il fait figure de héros national car tout le pays connaît les prouesses des Eclaireurs de Rogers.  Il recommence à fréquenter Elizabeth dont les parents sont impressionnés par la carrière qui, pensent-ils, s’ouvre devant lui.  Mais lui ne pense qu’à faire des croquis de son expédition, du major, des Indiens qu’il a croisés et d’Elizabeth.  Son ami Copley constate ses progrès en peinture et lui propose de se rendre à Londres pour y vivre de son art.  Rogers vient également le voir et s’amourache d’Elizabeth dont il demande et obtient la main au grand désespoir de Langdon qui se décide alors à partir pour Londres.  Là, après quelques difficultés pour trouver des commandes, de nombreuses portes s’ouvrent bientôt à lui et il peut dès lors exprimer toute l’étendue de son art en peignant des fresques murales d’Indiens.  Il apprend que Rogers est à Londres et se précipite pour revoir son ancien compagnon de route.  Rogers doit impérativement obtenir les crédits et l’argent nécessaire pour entreprendre la découverte du passage du Nord-Ouest qui doit faciliter l’accès aux rives du Pacifique et ouvrir ainsi la voie vers les riches continents asiatiques.  Il compte emmener Langdon avec lui pour lui permettre de peindre les Indiens de l’Ouest.  Pour attirer l’attention et les commanditaires, il écrit deux livres et une pièce de théâtre sur ses expéditions.  Grâce à sa persévérance, Rogers parvient à susciter l’enthousiasme général pour son projet.  Il est nommé gouverneur de Michilimackinac, une région située à la porte du Nord-Ouest et doit sous peu recevoir des ordres lui ordonnant d’entamer la recherche du fameux passage.  Pendant ce temps, Langdon prend en charge Ann, abandonnée par son père, secrétaire de Rogers.  Rogers, Langdon et Ann embarquent pour l’Amérique. Prenant ces fonctions de gouverneur, le premier geste de Rogers est d’inviter toutes les nations indiennes des environs à une grande réunion ayant pour but d’éviter les guerres et ainsi faciliter le commerce.  La réunion est une réussite, les Indiens apprécient énormément Rogers et Langdon trouve là une occasion de plus pour prendre des croquis.  L’autorisation de partir à la recherche du passage du Nord-Ouest parvient finalement mais pas les fonds nécessaires.  Rogers est alors obligé d’envoyer une petite troupe (dont Langdon fait partie) chargée de repérer le chemin à suivre.  Il espère pouvoir les rejoindre rapidement. Séparé d’Ann, Langdon se rend compte qu’il en est tombé amoureux.  Suite à d’énormes difficultés financières, les éclaireurs sont obligés de rebrousser chemin, mais ont néanmoins pu repérer la route vers le Pacifique.  Revenus à Michilimackinac, ils apprennent que Roberts, victime de manœuvres politiques exercées par des ennemis personnels, est emprisonné et en attente d’être jugé pour une raison encore obscure.  Ann, quant à elle, a été forcée de retourner à Londres où elle attend Langdon avec impatience.  Ce dernier qui estime ne rien pouvoir faire pour le major s’empresse d’aller la rejoindre et ils ne tardent pas à se marier.  Langdon est maintenant connu à Londres pour ses croquis d’Indiens et reçoit plusieurs commandes.  Contre toute attente, tout n’est pas perdu pour le major, celui-ci parvient à se faire acquitter lors de son jugement et se remet progressivement des mauvais traitements que ses ennemis n’ont pas hésité à lui faire subir dans l’espoir qu’il décède avant le procès.  Rogers revient alors à Londres, se retrouve dans la bonne société et est même bien vu par le roi.  Cependant, ses arriérés de soldes n’étant toujours pas payés, il ne peut rembourser ses dettes et est jeté en prison dont il réussit de nouveau à sortir. Langdon et sa femme trouvent qu’il est temps de retourner définitivement chez eux, en Nouvelle-Angleterre.  Des troubles naissent contre la souveraineté anglaise et Rogers, divorcé, se retrouve dans les rangs anglais.  Un de ses anciens lieutenants s’approprie son idée et écrit un livre sur le passage du Nord-Ouest sans même faire mention du nom du major, dont personne ne sait vraiment ce qu’il est advenu.

Armée [Anglais] Armée [Français] Commerce [Blanc ; Indien] Entendue sauvage Exploration [Américain] Explorateur [Américain] Histoire d’amour Massacre d’Indiens Militaire Peintre [Blanc] Roberts Rogers (1771-1795)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site